22 novembre 2008

Chap.4:

Iris galopa ainsi pendant plusieurs heures, malgré la charge qu'elle avait sur le dos, et ne s'arrêta qu'au petit matin devant un ruisseau où elle but tout saoûl.
Aihyla, quand à elle, réanimait l'Elfe. La jeune fille lui aspergea le visage d'eau, lui donna 2 claques sur chaques joues et enfin, l'Elfe se réveilla.
Elle s'affola:
-Où... où suis-je? qui êtes-vous?
-Heu...mon prénom est Aihyla...quand à l'endroit où nous sommes... je l'ignore.
L'elfe parut reprendre de l'assurance.
-Où est le Malfang?
-Aucune idée...ce qui est sur, c'est qu'il est loin. Je vous...euh...aie enlevée, quoi...euh...sauvée...
-Oh! je vous en remercie sincérement...mais comment avez vous pu y parvenir? interrogea l'Elfe, le visage grave.
-Les soldats qui montaient la garde dormaient, alors je vous aie amenée et effacé toutes traces. Maintenant...quel est votre nom?
-Je me nomme Alyestra, répondit l'Elfe en ajoutant: quelle chance que les soldats aient étés endormis, et que ce ne soit pas le Malfang qui aie monté la garde!
-Ah...fit Aihyla.  Oui...
-Maintenant, veux-tu me raconter ce qu'il t'est arrivé et comment tu as trouvé le Malfang et sa bande?
La jeune fille lui narra son histoire dans les moindres détails. L'Elfe lui inspirait confiance.
Lorsqu'elle eut fini celle-ci demanda:
-Pourrais-je voir ton épée? Celle dont tu viens de me parler.
-Bien sur, répondit Aihyla. Cependant, faites attention, sa lame est très aiguisée.
-Ne t'en fait pas, je m'y connais.
La jeune fille tira l'épée de son fourreau et tendit le pommeau incrusté de pierres précieuses bleues à Alyestra.
Celle-ci poussa une petite exclamation.
-C'est une arme de grande qualité. Je me demande qui est l'artisan qui a fabriqué cela...un nain, certainement...
Il y eut un silence, pendant lequel Alyestra ne cessa d'observer la lame.
-Et...sais tu qui tu es?
-je...je suis Aihyla! répondit la jeune fille, troublée.
-Ben tiens! Tu n'es pas un moineau! répliqua l'Elfe en désignant le moineau en question qui s'était perché sur une branche.
-Je sais.Je veux dire que je suis une humaine! marmonna la jeune fille.
-Sure?
-Mais...bien sur! Je...je suis une humaine, bégaya Aihyla, étonnée.
-Je suis vraiment navrée de te le dire ainsi, mais non,rétorqua Alyestra, le visage impassible. 
La jeune fille fut si bouleversée qu'elle en perdit la voix un moment.
-Mais...je...non...je...hoqueta-t-elle.
-C'est normal que cela te trouble.
-Ce...n'est pas possible! non! je suis une humaine! Comment pouvez vous affirmer que je n'en suis pas une? se récria Aihyla, les larmes aux yeux.
-Ecoute. Dans le récit que tu m'as fait, tu m'as mentionné ta force surhumaine qui t'étonnait, comment ta tutrice t'a retrouvée. Tu m'as aussi parlé de tes oreilles, que tout le monde trouvait étranges à cause de leur forme pointue. Cela te suffit-il ou il te faut d'autres preuves?
-Je ne sais pas. J'en ai marre, sanglota la jeune fille. D'abord, je ne sais pas qui je suis, qui sont mes parents et ma vraie famille. Ensuite, je viens de perdre presque tout ce que je possédais et voilà que vous m'annoncez que je ne suis pas une humaine! Que suis-je alors?
-Une elfe. Oreilles pointues, force extraordinaire font de toi une elfe. Mais comme tu t'en doutes, il n'y a pas que cela, fit Alyestra, ignorant la détresse de son interlocutrice. Chaque Elfe, quelqu'il soit, a ses défauts et ses qualités, comme les humains. Cependant, les Elfes ont aussi une perception différente de ce qui les entoure. Je veux dire par la que tes sens sont plus développés que ceux des êtres humains!
Tout à coup, une force mystérieuse envahit la jeune fille et stoppa les larmes qui ruisselaient le long de ses joues et elle dit d'une voix ferme:
- Peut être suis je une Elfe. Mais tu as éveillé en moi une force pour répondre à une question que je me suis déjà posée, mais que je résoudrais. Ma naissance. Qui sont mes parents? et moi? Et bien tout cela, je le découvrirai. J'arriverai que ce soit dur ou pas. Et seule la mort m'en empêchera. Elle seule. Je la défie.

Alyestra regarda la jeune fille avec étonnement.
- Pourrais-tu me montrer le chemin de ton peuple? ajouta Aihyla.
- Pas avant d'avant d'avoir fouillé ton esprit. Tous les Elfes ne sont pas bon:qui me dit que tu ne ment pas?
Et sur ce, elle ferma les yeux. Aihyla sentit alors une chose, puissnate et inébranlable, fouiller ses pensées, son passé, son histoire. Puis la présence se retira et Alyestra déclara:
- C'est bon, je t'emmène chez les Elfes.

Posté par elly96 à 20:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Chap.4:

    c'est génial! e mois-ci tu as rajout plein de choses !!!

    Posté par Joher, 23 novembre 2008 à 19:21 | | Répondre
Nouveau commentaire